Patrick Gagné est un des grands entrepreneurs technos du Québec. Il se passionne pour le mentorat d’affaires.

« Il y a 20 ans, quand je me suis lancé en affaires, le mentorat n’existait pas. J’aurais tellement aimé bénéficier de ce genre d’appui ! Ça fait toute la différence », explique celui qui a cofondé Téo Taxi en 2014. Spécialiste de stratégies d’affaires et marketing, il a cumulé les expériences dans les startups et au sein de la grande entreprise. Il a notamment développé l’application P$ Service Mobile, qui gère le paiement des parcomètres pour Stationnement de Montréal. Il a aussi fondé l’accélérateur de startup InnoCité MTL avec le Bureau de la Ville Intelligente et Real Ventures. Il a quitté Téo Taxi pour s’installer comme PDG en résidence chez OSMO, la fondation derrière le célèbre incubateur de la Maison Notman, où il contribue à son rayonnement et à l’organisation de son financement. Parmi ses faits d’armes, à 21 ans, il était de ceux qui, avec Alexandre Taillefer, ont porté Intellia, une vedette des dotcom qui offrait des services dans le commerce numérique et qui a été rachetée par Québecor dans les années 1990.

« J’avais une inclination naturelle pour les affaires et je suis devenu entrepreneur assez naturellement, dit-il. J’aime surtout faire des choses qui n’ont jamais été réalisées avant. J’aime remettre en cause le statu quo. C’est un peu ça, être un entrepreneur. »

Quand il complète son MBA à HEC Montréal, il se lance illico dans le milieu des technologies : « J’aimais l’aspect innovateur et transformatif. Dès que je suis sorti de l’école, je suis tombé dans les gros changements. En 1997, on vivait les débuts du web. C’était une révolution. Contrairement à certains, qui craignent ces bouleversements, j’étais attiré. Je voyais les opportunités. »

Patrick Gagné raconte qu’il a eu la piqûre pour la mobilité durable alors qu’il met au point l’application pour Stationnement de Montréal : « On a un impact sur le quotidien des gens quand on propose ce genre de technologie. »

Il propose ensuite l’application TAG Taxi, qui se voulait un agrégateur pour cette industrie. « UBER venait tout juste de décoller à San Francisco. Je voyais la menace, dit-il. Avec TAG Taxi, on voulait devenir l’Expedia de cette industrie, en intégrant le paiement directement dans le véhicule. Mais nous sommes arrivés trop tôt dans le marché. Et les compagnies de taxi ont refusé de jouer le jeu, même si le public en était rendu là. » Patrick Gagné est passé à autre chose, mais l’industrie a payé très cher son refus de s’adapter aux nouvelles réalités.

Questions existentielles

Depuis trois ans, Patrick Gagné est mentor pour deux entrepreneurs : il trouve l’expérience des plus gratifiantes. « Le mentorat, ça n’a rien à voir avec le coaching, dit-il. Le coach travaille sur le savoir-faire. Le mentor se concentre sur le savoir-être. Je travaille avant tout sur les questions existentielles. Car les entrepreneurs vivent tous une certaine solitude. Attention ! Je ne suis pas un psy. J’écoute. Je pose les questions qui permettent d’avancer, de poursuivre certains objectifs, de trouver un certain équilibre, de s’engager dans une direction saine et productive. Mais je ne donne pas les réponses. »

Plusieurs entrepreneurs se posent des questions fondamentales. Au bout d’un moment, certains doutent de leur engagement, de la validité de leur projet. « Ces questions reviennent souvent, dit-il. Mais en affaires, tu ne peux pas être assis entre deux chaises. Ton engagement doit être total. Et tu n’abordes pas ces questions au cours d’une rencontre avec le comptable… »

Une collaboration de Stéphane Desjardins.

 

Assistez à la conférence de Patrick Gagné :

Défis pour entrepreneurs audacieux

0

Envoyer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Laisser un commentaire

Il y a 0 commentaires